Accueil du site > Des Portraits, un peu d’Histoires > Famille Argueyrolles de la Xaintrie > 1560-1624 Pierre Argueyrolles (...) > 1641-1652 Guilhem Argueyrolles > 1645 - ...1681 Jean Argueyrolles > 1669-1717 Antoine Argueyrolles > 1705-1785 Jean Argueyrolles > 1735-1789 Joseph Argueyrolles > 1773-1849 Jean "ainé" Argueyrolles > 1773-1849 Jean "ainé" Argueyrolles

1773-1849 Jean "ainé" Argueyrolles

né le 5 avril 1773 au Peuch, paroisse de Bassignac-le-haut, fils de Joseph Argueyrolles (38 ans) et Françoise Pau (19 ans)

par ea (29/08/2010)

Maison à Dichau
Le Peuch   Vue générale novembre 2010
Vitrail Eglise de Bassignac-le-Haut (19)

- Jean était né au Peuch (Bassignac-le-Haut), le 5 avril 1773, premier enfant de Joseph Argueyrolles, 38 ans, et de Françoise Pau, 19 ans. Le surlendemain, 7 avril, il fut Baptisé par le vicaire de Bassignac-le-Haut, le vicaire Dauzet, avec pour parrain son oncle Jean le futur prêtre et pour marraine Elisabeth Audubert.

  • Une jeunesse marquée par des deuils répétés…
    • Dès le 14 novembre 1775, Jean perdait son petit frère François né 9 mois auparavant au Peuch. Certes tout cela alla mieux avec la naissance de Jean"cadet" au Peuch le 8 octobre 1776. Jean "cadet" fut baptisé le lendemain par le vicaire Jurbert de Bassignac-le-Haut, avec pour parrain le "vieux", grand-père Jean Argueyrolles, âgé alors de 70 ans et pour marraine Marie Lafon de Duclaux du village d’Ymons alors paroisse de Darazac.
    • Mais le pire était à venir avec l’année 1780  :
      • née le 6 Février 1780 Toinette, sa sœur, était "ensevelie" le 10 Février à Bassignac-le-Haut, bientôt suivie par sa mère Françoise Pau morte à 26 ans le lendemain : Jean "ainé" n’avait pas encore 7 ans !
      • Cinq ans plus tard Jean perdait son grand-père, le vieux (80 ans…) Jean Argueyrolles muni des sacrements, le 20 Mai 1785, puis le 24 novembre 1789 c’était au tour de son père Joseph de mourir au Peuch à 54 ans, laissant orphelins deux garçons de 16 et 13 ans.

- La Révolution eut aussi des répercussions sur la vie de Jean "aîné".

Le remplacement militaire. Le 25 Mars 1793, par un acte établi par Maître Duroux à Bassignac, Jean engageait un remplaçant, Pierre Raynal du Peuch, pour faire à sa place "le service national comme défenseur de la Patrie". En effet, la convention, qui avait besoin de soldats, venait de décréter une levée de 300.000 "volontaires" , mais Jean, foncièrement catholique, et de surcroit orphelin, ne montra guère d’empressement pour aller défendre la République qui persécutait son oncle "prêtre réfractaire". Bien entendu, Pierre Raynal recevrait 500 Livres, plus l’usage d’une maison au Peuch avec Jardin pour 6 ans, plus l’entretien de son garçon de 12 ans pendant 2 ans en contre partie d’un travail.

Aide à l’oncle "réfractaire".. Vicaire d’Albussac devenu prêtre réfractaire, son oncle Jean Argueyrolles se réfugia dès avril 1791 chez son neveu et filleul Jean"aîné" à Dichau de la paroisse de Bassignac-le-Haut, jusqu’à Thermidor (Juillet 1795). Le prêtre essaya alors de reprendre service à Albussac mais traqué à nouveau il dut souvent se réfugier en Xaintrie chez son neveu Jean "aîné" qui le 23 septembre 1797 décida constituer à son oncle une rente viagère de 300 livres, versée en totalité si le prêtre venait à quitter son neveu, réduite à 48 livres pour “menus plaisirs” dans l’année si l’oncle cohabitait avec son neveu. L’oncle Jean sera finalement nommé curé d’Albussac le 4 mai 1801.

-  Mais ces années révolutionnaires furent aussi celles des mariages des frères Argueyrolles

  • Jean "cadet" se maria le premier,

    en 1795, le 28 Pluviose AN III, avec Marie Mas du village de Giguillanges (Bassignac-le-Haut. Mais comme Jean"cadet", agé alors de 19 ans, était encore mineur, ses proches parents s’étaient réunis pour donner leur accord. Dans ce mariage Jean "cadet" apportait 6000 livres payés par Jean "ainé" à Mas père soit 1200 livres sur le champ, puis 4 pactes de 1000 livres par an et un dernier pacte de 800 livres.

  • En 1797, le 3 Germinal An V, Jean "Aîné", se mariait à son tour, à Goulles. Âgé alors de 24 ans, il épousait Marianne-Josèphe Bétaillon, fille d’une des familles les plus estimées de Goulles, qui apportait en dot la somme de 10 000 francs, plus un trousseau très fourni (couvert en argent, assiette d’étain, matelas, couvertures, draps, nappes, serviettes,…). Parmi les nombreux signataires du contrat de mariage, établi par Maîtres Duroux et Laveyrie, figuraient Jean "cadet" et l’oncle Jean prêtre réfractaire.

    Contrat de mariage de Jean Aîné

- La vie familiale à Dichau, nouveau domicile de Jean "aîné" dès 1791.

  • Dichau, paroisse de Bassignac-le-Haut, est désormais le lieu d’habitation de Jean Argueyrolles ; toutefois ses premiers enfants Marianne 1798.24.4, Joseph.Timothée 1799, et Marianne-Julie 1801 naitront au Peuch.
  • Jean "aîné" et Marianne Bétaillon auront 13 enfants. Aux trois premiers nés au Peuch s’ajouteront, tous nés désormais à Dichau, Jean 22.3.1803 - Marie-Christine 21.3.1805 - Marie 19.6.1806 - Marie-Antoinette 8.4.1808 - Joseph-Hyppolite 13.9.1809 - Jean-Denis 12.10.1811 - Joseph 19.12.1813 - Justine 20.6.1815 - Joseph-Julien 15.5.1817 et Augustin 4.5.1819
    • Les filles auront des destins très divers :
      • Marianne Julie, le 29 11 1837, épousera à Bassignac-le-Haut Jean Amblard qui était alors maître d’école à Darazac. Ce sont eux qui garderont la propriété de Dichau.
      • Marie-Christine décédera jeune, à 22 ans, à Dichau le 5 Janvier 1828.
      • Marie accouchera le 20 Avril 1834, au Graveyroux de Tauriac dans le département du Lot, d’un Jean Isidore Argueyrolles dont le père est inconnu… "Dame" Marie Argueyrolles mourra le 13 mai 1854.
      • Marie Antoinette épousera, le 2.10.1839 à Bassignac-le-Haut, Antoine Champ propriétaire à Rougerie, sur la commune de Brivezac.
      • Justine enfin, restée célibataire, sera connue comme la tante de Beaulieu où elle habita longtemps, avant d’aller mourir en 1871 à Marsac chez son frère Denis.

        C’est elle qui offrit le vitrail de St Pierre placé dans le chœur de l’église de Bassignac-le-Haut.

        Vitrail Eglise de Bassignac-le-Haut (19) JPEG

    • Les garçons seront séduits par l’aventure mexicaine !
      • Joseph Hippolyte, parti le premier en 1827, revint chercher son frère Denis en 1830 et rentra définitivement de Bolanos en 1837, assez tôt pour pouvoir assister aux mariages de ses soeurs en 1837 et 1839.
      • Denis, parti en 1830, épousera en 1834 Maria Petra Paula Francesca Suarez y Cabrera, s’installera à San Luis Colotlan près de Zacatecas, et reviendra enrichi à la fin de 1839.
      • Joseph Julien obtint son passeport pour le Mexique le 17 septembre 1838 et mourut là-bas à peine arrivé…
      • L’avenir des autres est resté inconnu, tout au plus sait-on que le dernier, Augustin, est décédé à Dichau à 7 ans le 23 Juillet 1826.
    • Jean "Aîné" et sa femme sont toujours mentionnés comme de notables : "Sieur", voire "Monsieur" Jean Argueyrolles et "Demoiselle" ou "Dame" Marianne Josèphe Bétaillon. Ils s’efforceront de garder longtemps des relations familiales étendues :
      • avec la famille Bétaillon, sœur de Marianne Josèphe, Marie Christine sera marraine de Marie Christine en 1805 puis de Denis en 1811 ; le frère, Joseph Marie Grégoire sera parrain de Justine en 1815 et témoin en 1837 au mariage de sa nièce Marianne Julie.
      • avec la famille Pau, louis Pau en 1805 sera parrain de Marie Christine, et Jean Pau d’Ostenac sera parrain de Marie en 1806
      • avec l’oncle Jean qui mourra curé d’Albussac le 2 avril 1828, avec la fidèle tante Toinette qui s’éteindra à Dichau, à 75 ans, le 28 Novembre 1811.
      • avec son frère Jean "cadet" toujours associé aux grands évènements familiaux, baptêmes, mariages…et qui, veuf se remaria, à l’age de 68 ans avec Marie Anne Milvac dont il avait eut un fils, Pierre, il mourra peu après, à l’âge de 72 ans, chez lui à Giguillanges le 17 Février 1848. Pierre avait 9 ans.
  • Une fin de vie proche des enfants Le 20 novembre 1849, Jean Argueyrolles, époux de Marianne Betaillon, décédait à 77 ans à Miègemont sur la commune d’Altillac dans la vaste maison de son Fils Joseph-Hippolyte, où il s’était retiré. "Dame" Marie-Joseph Betaillon veuve Argueyrolles, était en 1844 la marraine d’Arnaud, premier enfant de Joseph-Hippolyte, elle mourut le 23 mars 1854 à Beaulieu sur dordogne dans sa Maison. Elle avait 76 ans. Ce fut le docteur Lestourgie, maire de Beaulieu, qui dressa lui-même l’acte de décès.

Dans cette rubrique